«En somme, la beauté est partout. Ce n’est point elle qui manque à nos yeux, mais nos yeux qui manquent à l’apercevoir.» Ces mots d’Auguste Rodin sont une introduction assez juste à l’esprit artistique de la sculptrice qui a trouvé dans le travail de la terre, son moyen d’expression et d’exploration, rendant possible la spontanéité par laquelle émerge sa créativité, établissant un contact par les émotions plus que par la seule recherche esthétique. Ces êtres sculptés aux lignes gracieuses et sensibles, aux patines douces et sobres sont les messagers de sa réalité intérieure. Ils respirent la sérénité et nous parlent de tendresse, de féminité, de présence maternelle bienveillante et d’innocence enfantine. Des série dotées d’un souffle de vie, de traversées dans le temps ou dans les paysages du monde ou l’humain apparaît dans ce qu’il a de plus beau, de plus généreux.